Le Liberté... Hors les murs

Du 14/06 au 07/07/2017, tous les jours.

> Mercredi 14 juin

Petite place de l’Équerre

20h : performance de trois graffeurs.

21h30 : cinéma « Ceci n’est pas un graffiti ». Web série de Jim Gabaret et Samuel Boujnah, 2017.

Des catacombes de paris aux salles de vente, du marketing aux spéculations financières, le Street Art, aux origines vandales et radicalement contestataires, semble se diluer dans le système. En dix épisodes, les rouages d’un courant artistique inédit dans l’histoire de l’art.

Projection suivie d’une playlist proposée par Radio Active. Soirée en partenariat avec le Smac / Galerie Lisa.


> Vendredi 16 juin à 20h

Place Puget

Concert « Papooz ».

C’est en 2015 que l'on a entendu Papooz pour la première fois. La mélodie est douce, le rythme déhanché, l’esprit pop avec un petit je ne sais quoi d'exotique. Le titre « Ann wants to dance » a fait notre printemps, idéalement placé entre giboulées et éclaircies. Le clip réalisé par Soko approche aujourd’hui le million de vues et leur album Green Juice connait un franc succès.

Concert suivi d’une playlist tropicale de Tiki Teasy / Optical Sound.


> Mercredi 21 juin à 20h

Grande place de l’Équerre

Concert « Seun Kuti and Egypt 80 ».

Seun Anikulapo Kuti a débuté l’apprentissage du saxophone et du piano à l’âge de 8 ans et a commencé à jouer sur scène dès l’âge de 9 ans, d’abord comme choriste, puis en première partie d’Egypt 80, l’orchestre de son père Fela Kuti, dont il a hérité la grâce, l’énergie et la furie. Avec les musiciens d’Egypt 80, qu’il dirige aujourd’hui, il fait revivre la plus originelle incarnation de l’afrobeat.

Dans le cadre de la fête de la musique.


> Vendredi 23 juin de 18h à 18h30

Place du Mûrier

Danse « Dans le rétro » - Cie Artmacadam.

Un retour en arrière ou juste un regard pour voir qui klaxonne. L’œil dans le viseur, Artmacadam choisit sa nouvelle cible poétique : la voiture, son utilisation quotidienne et son lot d’histoires passées, actuelles et à venir. Une mise au bord de la fenêtre, la route, la catastrophe pour révéler une étrange solitude. La scène se passe dans et autour de quatre véhicules à l’arrêt. Une rencontre de six individus aux histoires et destinations différentes. Un questionnement sur le quotidien, l’intime, l'extime que cette boîte à roues met en jeu.


> Vendredi 23 juin à 20h

Place de la Poissonnerie

Concert « Howlin’ Jaws ».

Howlin’ Jaws c’est la formule bénie du rock’n’roll. Un chant énergique et sexy à souhait, une guitare aux riffs incendiaires, une contrebasse slapée en diable, et une batterie qui vous atomise, le tout joué par trois Parisiens aux gueules de stars de ciné. Howlin’ Jaws c’est aussi un groupe de scène, un véritable ouragan d’énergie sauvage, électrique et contagieuse.

Concert suivi d’une playlist musicale de Rockabilly.


> Jeudi 29 juin

De 12h à 14h / place dame Sibille

De 18h à 20h / rue Paul Lendrin

Lectures musicales « Les lectures [z]électroniques du détachement international ». Caravane sonore du Muerto Coco.

Dans leur caravane, Raphaëlle Bouvier et Maxime Potard nous offrent le meilleur de la poésie d’aujourd’hui. En marquant le rythme ou en susurrant à votre oreille, le texte parlé-chanté vous emmène dans un univers thématique sur fond de musique électronique jouée par des instruments aux allures de jouets colorés ! Et puisqu'il y a 6 thèmes, ô joie, on peut y aller 6 fois ! 12h lectures animales. 12h45 lectures urbaines. 13h30 lectures familiales. 18h lectures politiques. 18h45 lectures horrifiques. 19h30 lectures sexuelles.


> Jeudi 29 juin à 20h

Grande place de l’Équerre

Concert « Dj set d’Optical Sound ».

Pierre et Alexandre sont passionnés de musiques décalées, inventives et hors-cadres. Accompagnés de cocktails inventifs, ils travaillent depuis de nombreuses années à la sélection sonore idéale pour Tiki Bar. Fidèlement suivis par Robert Mitchum, Yma Sumac, les Baxter, Nurse with Wound, Eden Ahbez, Vince Taylor ou encore Tipsy et Scanner… ils vous livreront ici deux sessions, une première en polynésie française sur une embarcation en Bambou puis une seconde dans un spoutnik lancé à grande vitesse.


> Jeudi 29 juin à 21h30

Grande place de l’Équerre

Cinéma « Ziegfeld follies ». Film Vincente Minneli, Lemuel Ayers, Roy del Ruth, Robert Lewis et George Sidney (1946), 1h50.

Au paradis, Florenz Ziegfeld habite sur un nuage et coule des jours heureux au milieu de ses collègues créateurs. En compagnie de ses voisins, Shakespeare et Barnum, il se met à évoquer le « bon vieux temps ». Il se souvient de ses premières et célébrissimes « Follies », des spectacles qui faisaient danser toute l'Amérique. Ziegfeld se prend alors à imaginer un ultime show avec d'innombrables vedettes, constitué de 14 séquences filmées par de célèbres réalisateurs et interprétées par les plus grandes figures du music-hall, du cinéma et de la danse...

Ziegfeld Follies est un film musical américain tourné en 1945 qui constitue un hommage aux comédies musicales produites à Broadway par Florenz Ziegfeld.

Film proposé par la Villa Noailles à l’occasion de l’ouverture de la Design Parade.


> Mercredi 5 juillet de 17h à 18h

Carré du Port

Cirque - acrobatie « Impasse » - Cirque cadute dalle nuvole (italie).

« Impasse » parle de ces fils qui unissent certaines âmes, et que l'on ne peut pas briser, de l'union subtile qui lie deux personnes pour le meilleur et pour le pire, et qui demeure, même si le temps passe et les situations changent…

En utilisant des atmosphères, des musiques, des sensations et des images, les spectateurs sont guidés à travers plusieurs tableaux riches de voltiges aériennes et de suggestions où les fils invisibles deviennent ici visibles.


> Mercredi 5 juillet à 21h30

Place du Mûrier

Cinéma « La graine et le mulet ». Film D’abdellatif Kechiche (2007), 2h31. Avec Habib Boufares, Hafsia Herzi et Farida Benkhetache.

À Sète, M. Beiji, 61 ans, travaille dans un chantier naval du port et se retrouve au chômage. Père de famille divorcé, il vit avec la patronne d'un hôtel et sa fille, Rym, mais reste très lié à ses enfants et à son ex-épouse. Malgré une histoire familiale de ruptures et de tensions que les difficultés financières ne font qu'exacerber, il traverse une période délicate de sa vie où tout semble contribuer à lui faire éprouver un sentiment d'inutilité. Avec son indemnité de licenciement, il envisage d'ouvrir un restaurant sur un vieux bateau. Ce projet nécessitera l'aide de son ancienne et de sa nouvelle famille ainsi que de ses amis. Une famille qui va peu à peu se souder autour d'un projet, devenu pour tous le symbole d'une quête de vie meilleure. Grâce à leur sens de la débrouille, et aux efforts déployés, leur rêve va bientôt voir le jour... Ou presque...

Projection précédée d’une playlist proposée par Radio Active.


> Vendredi 7 juillet à 18h30

Place Louis Blanc

Concert « Sibongile Mbambo ».

Danseuse, chanteuse et percussionniste, Sibongile Mbambo dégage sur scène une puissante aura. Sud-Africaine touche-à-tout, elle y livre avec émotion des compositions écrites dans son idiome natal, le xhosa, une langue qui claque sous le palais et rythme les traditions musicales d’Afrique du Sud. Installée désormais à Marseille, cette native de Cape-Town offre sa voix à des métissages raffinés, enlaçant son timbre chaud avec des guitares délicates, des percussions au battement serein, une flûte aérienne ou un troublant chant diphonique… Un mariage subtil et enchanteur.


> Vendredi 7 juillet à 21h30

Carré du port

Opéra « Carmen » de Georges Bizet. Rediffusion dans une mise en scène de Dmitri Tcherniakov, proposé par le Festival International d’Art Lyrique d’Aix-en-Provence (http://festival-aix.com)

Libre elle est née, libre elle mourra. Tantôt cigarière, tantôt contrebandière, un peu sorcière aussi, et amoureuse souvent. Capable de faire déserter le brigadier don José ou d’amadouer le toréador Escamillo, elle est l’alliée de l’amour, cet oiseau rebelle et enfant de bohème qui lui ressemble tant. Prénom : Carmen. Sur ces deux syllabes, Prosper Mérimée a bâti une nouvelle dont Georges Bizet a tiré un personnage que son opéra a transformé en mythe. Celui de la femme libre écoutant son désir sans se soucier des convenances, et condamnée à mourir sous les coups de couteau d’un déserteur dévoré par la passion. Or qui dit mythe dit infinité de lectures possibles. Même s’il est devenu l’opéra le plus populaire au monde, Carmen reste susceptible des approches les plus neuves, comme tout chef-d’œuvre universel.

Gratuit.

Adresse

Divers lieux
Divers lieux
83000 - Toulon