Artistes à découvrir / Baboulène 1905 – 1994

Entrée libre. Ouvert du mardi au samedi de 10h30 à 18h30. Du 29 novembre 2014 au 10 janvier 2015 Il fut pendant plus d’un demi-siècle l’une des figures majeures de l’école provençale. Si les compositions de l’artiste et ses natures mortes rappellent sa gourmandise culinaire, ses scènes d’intérieur ont le calme des ateliers laborieux de sa jeunesse ; ses marines sont orchestrées autour de son amour et sa pratique de la pêche ; enfin chacun de ses paysages porte l’empreinte de l’abrupte beauté de la pierraille ensoleillée du Revest dont les décors n’ont cessé de l’inspirer. Sa palette est riche de bleus et de verts, de rouges et d’orangés, de bruns et de blonds. Il manie ces couleurs avec beaucoup de pudeur, de délicatesse et de raffinement. Il joue sur des nuances discrètes toujours dans une harmonie remplie de douceur. Biographie Eugène Baboulène débute en suivant les cours des Beaux-Arts de Toulon. Puis il devient élève à l’Ecole Nationale des Beaux-Arts et des Arts Décoratifs de Paris. Cependant ces années d’étude ne lui ont guère enseigné grand-chose : “Je suis un instinctif. On n’apprend rien dans les écoles.” Dans les années 1930, il est de retour à Toulon où il se consacre à la décoration de grandes maisons et des bars à la mode. Sa rencontre avec Antoni Clave l’incite à délaisser la décoration pour se consacrer à la peinture. Cette période marque incontestablement le début de son succés artistique. Dès 1950, Baboulène figure dans toutes les manifestations artistiques. Son talent est récompensé par les prix les plus convoités. C’est ainsi qu’il obtiend plusieurs prix dont celui de la Biennale de Menton. Sa finesse d’observation est servie par une harmonie de couleurs et d’ambiances simples et chaleureuses. Il utilise une gamme colorée, étendue mais toujours dans des tons pastels et travaille ses motifs dans une simplicité apaisante. Il affectionne plus particulièrement les marines et les paysages provençaux dont il sait capter les reflets les plus insaisissables. Il décède à Toulon en 1994. Son étonnante carrière a commencé tardivement et a duré une quarantaine d’années. Il fut pendant plus d’un demi-siècle l’une des figures majeures de l’école provençale. Ses œuvres sont appréciées et reconnues aussi bien en France qu’à l’Etranger. Très productif, l’artiste a laissé une œuvre importante. A la fin de sa vie, il disait : “Le matin, je me languis de me lever pour peindre : exactement comme lorsque j’avais douze ans. Et quand je me remets devant un nouveau tableau, je cherche à me convaincre qu’il sera génial. Sinon je m’arrêterais.”