Artistes à découvrir / Henri Pertus “Peindre par plaisir”

Ouvert du mardi au samedi de 10h30 à 12h30 et de 14h30 à 18h. Henri Pertus (1908-1988) « …Nîmois de naissance, Toulonnais par choix, Pertus était avant tout provençal de cœur. Ses tableaux sont à la fois inspirés et nourris de la Provence et de sa beauté. Tout comme Jean Aicard, il nous lègue une vision poétique du monde qui l’entoure et nous donne à voir, en le décrivant avec virtuosité, le charme profond du « Pays »… Hubert Falco, maire de Toulon – extrait du catalogue du musée Jean Aicard août 2008. « …Au départ Pertus possédait le don du trait un trait nerveux, autoritaire, qui tient du frémissement, de la décharge électrique, de la balafre en zigzag. Ce trait-là avait son répondant dans le nature avec la silhouette des amandiers morts et l’ossature pointue du relief provençal. Il a vite gagné l’ensemble de l’œuvre ,qui lui doit son unité de style: sous l’étonnante variété des factures, on reconnait un Pertus au premier coup d’œil. La couleur, au contraire, allait être pour lui, le fruit d’une conquête. I l l’aimait, la sentait l’utilisait avec brio dans ses gouaches, mais pas dans ses huiles, où il l’a traitait avec une retenue déconcertante, comme s’il avait peur d’être entraîné par elle à des effets faciles. L es paysages de ses débuts sont volontairement sombres, presque crépusculaires. Et il a gardé longtemps l’habitude d’atténuer l’éclat de ses toiles en rendant par des tons étouffés le coloris si vif que l’esquisse qui lui avait servi de point de départ. Or sa palette allait s’éclaircir peu à peu….Gaston Malherbe-extrait du catalogue du Musée de Toulon 1992) “…Pertus aurait été centenaire en 2008. Il est centenaire et toujours présent devant nos yeux et dans nos coeurs et “ses tableaux ressemblent, selon Gaston Malherbe, à ces fleurs qui continuent à s’épanouir après la mort du jardinier”. André Bérutti, president du Comité des Arts et de l’Image.