Béjart Ballet Lausanne

La puissance évocatrice du Sacre du printemps de Stravinsky, ses rythmes pulsionnels, fournirent en 1959 à Maurice Béjart le matériau idéal pour construire une chorégraphie fortement sexualisée où, dans un élan vital, l’élément mâle venait chercher le réceptacle féminin à sa germination. Ce Sacre fut alors celui de Maurice Béjart qui devint “le” chorégraphe de la modernité. Le Béjart Ballet Lausanne continue, aujourd’hui encore, le travail créatif initié par le maître, et à côté de cette oeuvre majeure du XXe siècle, le chorégraphe Gil Roman proposera une nouvelle création.