Chansons Louf’s – Hélène Grange

20h30 (arriver un quart d’heure avant pour retirer les billets). Réservations spectacles@cultures-et-communication.org Des carnets de tickets sont disponibles au prix de 50€ les 10 places et 30€ les 5. Ils ne sont pas nominatifs et peuvent être utilisés indifféremment à tous les spectacles. Dans Chansons Louf’s, Hélène Grange fait craquer les coutures ! Elle se démultiplie en une myriade de personnages chantants tous plus volatiles et versatiles les uns que les autres. A ses côtés, Patrick Luirard, impassible et taiseux donne la réplique musicale à… une fanfreluche, un séducteur baroqueux, une bergère mal peignée, un grand escogriffe, une mangeuse de pain au perlimpinpin, un fils du roi, une châtelaine à zezoir, une sphinge, une concierge décadente, un papillon couleur de neige, des protozoaires… Gare ! Ca tricote et ça fricote ! Ils vous serviront des chansons de Brigitte Bardot, Francis Blanche, Edmond Bouchaud, Lazare Carnot, Élise Caron, Chanson + Bifluorée, Clarika Jacques, Faizant Brigitte, Fontaine Jéranium et ses nitrates, Bobby Lapointe, François Morel, Vincent Roca, Shirley et Dino, Sttellla, Anne Sylvestre, Roland Topor, Jean Yanne … Sans oublier quelques chants d’oiseaux… Ça pimpe, ça frétille, ça sautille, ça tendre, ça dure, ça danse, c’est dense, c’est drôle, intelligent et c’est bon. «Chansons louf’s !» : un véritable antidote antibeaufs. Avec ses yeux tout ronds, tout myopes « myope comme une théière », précise-t-elle, Hélène Grange cligne de l’œil de vers en compagnie de son vieux complice, Patrick Luirard, placide à la guitare et aux apartés complémentaires. Elle est de l’eau des Vian, Francis Blanche, Roland Topor, Brigitte Fontaine ou Pierre Dac, et plus «vin d’ici qu’au-delà». Mais, comme il n’y a pas d’humour heureux, même absurde, de moqueries en mots crus, elle conte aussi les bougreries de la vie, à travers les sentes des mots avec lesquels elle jongle comme avec les listes de médicaments, les sales clichés sur la femme, les mythes railleurs ou le manque d’amour qui fait grossir. D’ailleurs, ça parle pas mal de bouffe, entre les « mauvaises tripes » (même à la mode de Caen), la boulangère… Et puis il y a ce chef d’œuvre de cruauté que constitue «Elle était souriante», chanson de 1908 d’Edmond Bouchaud et Raoul Georges. Interprète avant tout, vraie comédienne, Hélène Grange fait de chaque chanson un sketch, une saynète, maillon d’une chaîne toute en délires et en délices verbaux. Autant visuel que musical, son spectacle titille le très grand infini comme le protozoaire, jubile sur le fait d’être, plutôt que de ne pas être et nous fait décoller de notre cul, si haut que nous soyons assis. De sa voix qui se pose là. Là où il faut. Et puis, étrange, ce « tempérament » est vraie femme de liberté, de naturel et d’allégresse. Avec elle, on retrouve toujours son p’tit bonheur qu’on avait peut-être laissé tomber. Rens.: 06 22 10 34 91 http://www.cultures-et-communication.org/ https://www.facebook.com/pages/Caf%C3%A9-Culture/185615521589397 http://www.zondits.net/helene/louf.html