Rouge

« Si la danse hip hop était une couleur, elle serait rouge » déclare Mickaël Le Mer, comme les passions qu’elle provoque… Mais si le rouge met le feu aux poudres de sa nouvelle pièce, la couleur y est visuellement éclipsée, seulement suggérée par l’état des corps, la chorégraphie, l’émotion, ce qui est vu et ressenti, par les symboles forts qui lui sont attachés. Dans Rouge, Mickaël Le Mer s’appuie sur les techniques de danse hip-hop et de danse contact pour écrire « sa » danse, et sur la virtuosité de sept b-boys aux gestuelles contrastées et aux rapports au sol discordants. Il se nourrit de leur histoire, de leur singularité, de leurs expériences. Comme toujours, l’humain est au cœur de la matière dansée, jusque dans ses paradoxes.