D’après une histoire vraie

« En 2004, à Istanbul. A quelques minutes de la fin d’un spectacle auquel j’assiste, surgit de nulle part une bande d’hommes qui exécute une danse folklorique très courte et disparaît aussitôt. Une émotion profonde, presque archaïque, m’envahit. Etait-ce leur danse ou le vide laissé par leur disparition qui m’a bouleversé ? Bien que floue, cette sensation est restée depuis ancrée en moi. » Pour comprendre l’empathie qu’il a éprouvée pour cette danse et ce moment, qui lui a laissé une résonnance aujourd’hui encore vibratoire, Christian Rizzo s’est entouré de huit danseurs exclusivement masculins et de deux batteurs. Il a chorégraphié une danse où les réminiscences d’un folklore jubilatoire se mêlent aux pas contemporains, où les corps, sans chercher le contact, communiquent une vraie joie à être ensemble… Une danse fiévreuse et explosive, enjouée et tribale, rythmée par le bourdonnement des percussions live.