Germinal

Ce que l’on peut vous affirmer dès le départ, c’est que ce Germinal-là n’a rien à voir avec Émile Zola, ce qui peut sembler déroutant avec un titre pareil… À moins que n’ayez déjà vu certaines créations précédentes d’Halory Goerger et Antoine Defoort, dans lesquelles ils ont pu, selon, faire chanter des plantes vertes, des balles de tennis et des pommes pourries. Dans Germinal, ils partent d’un plateau noir, nu, vierge et fécond comme un epage blanche, et tentent de faire émerger un système- ou, en étant candide, un monde. Mais à partir de rien sauf d’un postulat de départ : tout remettre sur le tapis, des lois de la physique aux fondements de l’interaction sociale et si possible en mélangeant la chronologie historique…juste pour voir ce que ça donne. Hilarant !