Gros-câlin

Premier roman de Romain Gary publié sous le pseudonyme d’Émile Ajar, Gros-câlin nous parle d’un employé de bureau parisien qui pour tromper son manque d’amour et recevoir sa dose d’étreintes quotidienne a adopté un python de 2,20m. M. Cousin prend forme sous les traits de l’excellent Jean-Quentin Châtelain qui, de ses inflexions de voix chantantes, s’amuse à faire vivre cette langue élégante, brillante, née de la propre mue de Romain Gary en son double littéraire, Émile Ajar. C’est terriblement drôle et parfaitement cruel car derrière l’humour lucide se cache une vérité universelle et desespérée . Avec son approche toute en finesse, Bérangère Bonvoisin nous implique dans la quête d’amour du héros : en devenant animal, il se réapproprie cette moitié de nous que l’on cherche à faire taire par la force depuis la nuit des temps et que Gary considère comme notre seule part d’humanité : la vulnérabilité.