Hombeline – La porte de soie

Tarifs : 10€, 6€ pour les étudiants, minimas sociaux et adhérents à l’association Cultures & Communication. Des carnets de tickets sont disponibles au prix de 50€ les 10 places et 30€ les 5. Ils ne sont pas nominatifs et peuvent être utilisés indifféremment à tous les spectacles. Inscription auprès du Café Culture ou en écrivant à spectacles@cultures-et-communication.org Merci d’arriver un quart d’heure avant pour retirer les billets. Concert musique du monde. Textes, chants, Tampoora, Shruti Box, bols tibétains, percussions: Hombeline Sur des compositions d’Hombeline et Patrick Decerf Provençale d’origine, Hombeline apporte dans sa dernière création ” LA PORTE DE SOIE ” une nouvelle sensibilité à la chanson occitane. Elle nous propose un concert poétique et méditatif sur des textes très courts qu’elle a écrits à la manière des Haïkus japonais et qu’elle chante dans l’esprit des mantras indiens. Sa voix chaleureuse nous transporte vers un pays de rêves et d’intimités pour témoigner de la beauté d’un monde de paix et de joie. Selon Hombeline, “la porte de soie est mon regard poétique sur la vie telle que je la conçois maintenant, un voile léger comme une aile de papillon; précieuse étoffe du présent qui nous caresse au passage et nous ouvre LA PORTE DU SOI “. “Ai escrich aquestei tèxtes occitans cortets dins l’esperit deis aïkós japonés ; dins aqueu recitau lei cante coma de mantràs indians. Mon desir es de tenir d’a ment la présencia devèrs se. La brevetat de l’aïkó retrais l’envam poetic. La tòca dau mantrà es d’amaisar l’esperit ; la frasa repetida dins un ritme sostengut adutz a l’interiorisacion. Dins aquesta creacion, l’espectator es convidat a intrar dins una actituda d’escota meditativa.que l’unís mai conscientament an eu. La chausida deis instruments e l’interpretacion musicala inscrivon aquestei cants dins l’univèrs dei musicas dau monde. « La pòrta de seda » es mon agach poetic sus la vida coma la comprene ara, un veu leugier coma una ala de parpalhon, estòfa preciosa que nos careça au passatge e nos duerb la pòrta dau Se.”