La vie de Galilée

En Italie, au début du XVIIème siècle, Galilée braque un télescope vers les astres, déplace la terre, abolit le ciel, cherche et trouve des preuves, fait voler en éclats les sphères de cristal où Ptolémée a enfermé le monde. Il fait vaciller le théâtre de l’Eglise et donne le vertige à ses acteurs. L’Inquisition lui fera abjurer ses théories sans pouvoir l’empêcher de travailler secrètement à la signature de son œuvre, ses Discorsi. Lorsque Bertolt Brecht écrit La vie de Galilée, cela fait cinq ans qu’il a fui cette Allemagne nazie qui cherche à structurer les esprits dans une pensée unique. La pièce est son autobiographie théâtrale et il s’est taillé dans Galilée un costume sur mesures pour dire sa vie dans l’art et l’ambiguïté de son propre rapport avec l’autorité. Après Le Misanthrope (Châteauvallon avril 2014) Jean-François Sivadier met à nouveau en scène l’excellent Nicolas Bouchaud et essaye de lire dans le regard obstiné de Galilée vers le ciel, celui de Brecht scrutant les régions inexplorées du théâtre qu’il lui reste à inventer. Durée : 3h20 avec entracte