L’art de la fugue

Dans son oeuvre ultime, L’art de la fugue, Jean-Sébastien Bach arrivait à son apogée d’écriture contrapuntique. Amoureux de cette oeuvre, Yoann Bourgeois est parti de sa structure à la fois très organisée et très libre, dans la variété de composition qu’elle offre autour d’un motif unique, pour chorégraphier avec Marie Fonte une série de petites choses spectaculaires. La structure scénographique se compose et se recompose sans cesse. Sa géométrie variable n’offre parfois plus aux artistes qu’une simple arête pour la réception de leurs envois vertigineux et l’on retient son souffle…alors que le piano de Célimène Daudet joue en live la partition baroque.