Les revenants

Fustigé pour la fin “immorale” d’Une Maison de Poupée, Henrik Ibsen offre avec Les revenants une réponse sans ambiguïté. Si Nora a quitté époux et enfants pour prendre sa vie en main, Madame Alving, elle, a suivi les conseils du pasteur et est restée docilement aux côtés de son pervers de mari… Mais le prix à payer sera lourd, car c’est Osvald, son fils, qui subira les conséquences d’un secret de famille bien enfoui. Pour Thomas Ostermeier, un des plus grands metteurs en scène européens actuels, la question qui sous-tend toute la pièce du dramaturge norvégien résonne irrémédiablement en chacun de nous : sommes-nous libres ou ne sommes-nous que la synthèse de ceux qui nous précédés? Alors, à travers la dissection de chaque personnage, en le faisant se confronter à ses émotions refoulées, sa perversité et sa sensualité, il va chercher à mettre en scène l’intime et pour la première fois de sa carrière en français.