Prison possession

À 20h30. Billetterie : points de vente habituels et sur www.chateauvallon.com De et par François Cervantes à partir d’une correspondance avec Erik Ferdinand. En janvier 2012, François Cervantes visite la prison du Pontet. Il commence une correspondance avec des détenus. La privation de liberté ne se partage pas, elle est indescriptible. La prison coupe les liens qui reliaient un individu aux autres et au monde. Il retrouve le rythme oublié du courrier, la circulation des enveloppes, les timbres, les écritures tracées à la main. Cet espace entre deux personnes, immobiles, une lettre à la main devient vibrant. Cette relation ne ressemble à rien d’autre : ce n’est ni une amitié, ni une fraternité. D’une humanité palpable, le texte qui naît raconte de façon transparente la relation entre un auteur et un détenu.