En attendant Godot

À 20h30 Texte : Samuel Beckett Mise en scène : Jean Lambert-Wild, Lorenzo Malaguerra et Marcel Bozonnet

L’homme providentiel de Beckett pourrait-il être un passeur de migrants clandestins ?

Salué par la critique lors de sa tournée nationale, le classique du grand Sam y est revu sous un angle très contemporain par Jean Lambert-Wild, en compagnonnage avec Marcel Bozonnet et Lorenzo Malaguerra. Les deux vagabonds Vladimir et Estragon (Fargass Assandé et Michel Bohiri) se placent au bord d’un chemin à la tombée de la nuit, pour retrouver un certain Godot, individu dont ils semblent beaucoup attendre. Pour passer le temps, les deux compères palabrent et les questions ne manquent pas de surgir : est-ce le bon jour et le bon lieu de rendez-vous ? Confier ces rôles emblématiques à deux comédiens ivoiriens fait d’emblée résonner le classique de Beckett d’une manière éminemment contemporaine. À l’heure où des populations entières fuient les guerres, la famine, la pauvreté en se jetant sur les routes et la mer pour des trajets incertains, Jean Lambert-Wild projette Godot dans une perspective sociale, à la mesure de l’absurdité du monde actuel. Le metteur en scène (qui joue lui-même Lucky, en clown) s’entoure de Lorenzo Malaguerra et de l’ancien administrateur de la Comédie-Française Marcel Bozonnet (interprètes de Pozzo en alternance) pour faire entendre la partition si musicale de Beckett. Rendue à sa précision et à la profondeur de son comique, la pièce n’en exprime qu’avec plus de force la tension vécue par ce duo d’apatrides attendant vainement un Godot marchand d’espoir. Le Théâtre Liberté garde vos enfants pendant la représentation du vendredi 16 octobre.